Éduquer consiste à guider l’activité, pas à la réprimer… le rôle du maître est de nourrir, d’aider, d’observer, d’encourager, d’inciter, et non pas de se mêler, d’ordonner ou d’interdire.

Henry Wyman Holmes
1880-1960

Grâce aux méthodes actives, un élève plus autonome.

L’école, tout en répondant aux exigences du programme scolaire du gouvernement de la fédération Wallonie-Bruxelles, relaie les intérêts multiples des adolescents et favorise leurs initiatives personnelles et celles du groupe.

L’élève observe le monde qui l’entoure, s’interroge, se questionne…
L’enseignant cadre ses intérêts, les canalise, en développant son envie d’apprendre et son plaisir de comprendre.
Avec les méthodes actives, l’élève est certes encadré, mais il est plus autonome dans ses démarches et le travail se fait souvent en groupe.

Le quotidien de la classe attise encore sa curiosité au travers des sorties extérieures, des expérimentations, durant lesquelles l’élève est en action: la théorie n’est jamais dissociée de la pratique, l’apprentissage démarrant du concret.

Etre actif et créatif.

L’école envisage l’imagination et la créativité comme un moteur à toutes les disciplines, tant dans l’expression que dans les apprentissages. Etre reconnu dans cette activité créatrice est pour la construction de l’adolescent un besoin indispensable.

L’expression, pris au sens le plus large, est un des fondements de la méthode Decroly car la créativité est sollicitée de manière permanente dans les pédagogies actives: la prise de parole en classe, la réalisation de support didactique, la construction de maquette, le montage vidéo … et aussi l’élaboration d’hypothèse ou l’invention d’une méthodologie empirique en vue de résoudre un problème nouveau.

A Second’Air, un accent particulier est mis sur l’utilisation et la compréhension des nouvelles technologies, dans la création autant que dans les apprentissages.

Associer en permanence.

A l’école, les professeurs sollicitent ainsi en permanence les capacités associatives de l’enfant, en créant entre les multiples savoirs des liens donnant du sens aux apprentissages.

Structurellement, Second’Air garantit une approche transversale des différents acquis, en articulant les contenus de chaque matière enseignée.

Un sujet est ainsi appréhendé de manière globale: une excursion, un fait d’actualité, une recherche, un blog… sont vus de manière intégrée dans le cours d’histoire, de géographie, de langue ou de sciences…

Par association, les élèves et les enseignants construisent des ponts entre les savoirs par une approche transversale et pluridisciplinaire des sujets abordés.

Des langues vivantes.

L’école se veut à l’image de Bruxelles, ville cosmopolite où cultures, idiomes et traditions se mélangent. Connaître plus d’une langue est aujourd’hui une nécessité pour évoluer dans une société ouverte et dynamique où la communication et l’échange sont gage d’efficacité.

Sans pratiquer l’immersion, Second’Air propose aux adolescents un maximum d’activités en néerlandais, puis en anglais dans la mesure du possible. L’école a pour objectif une vraie maîtrise des langues étrangères, notamment par une pratique effective et quotidienne, au sein d’ateliers créatifs et d’éducation physique. L’école souhaite participer au projet européen Erasmus et eTwinning.

Encadrement pédagogique
Le pouvoir organisateur de l’école Singelijn Second’Air adhère à la FELSI, la Fédération des Etablissements Libres Subventionnés Indépendants non confessionnels à son programme pédagogique et à ses objectifs.

La formation et l’encadrement des professeurs ainsi que le suivi des cours font l’objet de l’attention d’un comité d’accompagnement pédagogique. Cet encadrement, constitué de professionnels de l’éducation et d’anciens professeurs de l’école Decroly, garantit la cohérence pédagogique de la nouvelle école.

L’épanouissement à l’école.

L’objectif fondamental de Second’Air est l’épanouissement harmonieux de l’élève, sur le plan intellectuel, social et physique.
L’école met en valeur la personnalité de l’adolescent dans le respect de lui-même et des autres.
Le cadre pédagogique l’incite à développer ses stratégies d’apprentissage, à construire sa personnalité, à éveiller son sens des initiatives et son esprit critique, à affirmer son désir et son plaisir d’apprendre.
La vie en classe encourage ainsi l’acquisition progressive de son autonomie et de son sens des responsabilités.